mercredi 7 juillet 2010

Chienne de faïence

La vieille chienne
Aux mamelles
Flasques debout
Sur le bord de 
La route
Debout dans la
Chaleur tremblante
Attend
Que le rugissement
Des voitures
Se creuse et laisse à
Sa fatigue
Un espace pour
S’échapper
Et prendre toute
Sa longueur
Dans la poussière
D’un fossé
La journée se
Passe
Et la chienne
Affalée
Sur l’herbe cassée
Du bas-côté
Soulève les arceaux
De sa carcasse
Tandis que la
Circulation s’est
Apaisée
Et que le jour
S’écroule
Dans une splendeur
De rouge 
Chair 
Et de rouge rongé

28 commentaires:

  1. Elle est morte ou pas, alors...?

    RépondreSupprimer
  2. @Vinosse : ben, elle soulève les arceaux de sa carcasse ?

    RépondreSupprimer
  3. non pas morte, chienne juste qui cherche plus doux.

    RépondreSupprimer
  4. Le jour qui s'écroule dans la splendeur d'un rouge rongé... Vous êtes un peintre des mots. Mince Pittau, ce que vous pouvez être émouvant.

    RépondreSupprimer
  5. Si elle n'est pas morte, il faut l'achever, c'est pas humain de laisser souffrir c'te bête.

    RépondreSupprimer
  6. Je la vois jaune-paille dans la poussière,
    ou blanc-sale avec une tache noire dissymétrique au visage
    ou encore...
    Enfin, je la vois !

    RépondreSupprimer
  7. 'tain, elle s'est pris le bus d'Anna de Sandre, suis sûr.

    Joli!

    RépondreSupprimer
  8. @Vinosse. A ton avis ? Ça m' paraît clair pourtant.
    @AdS. Comme vous dites.
    @kouki. Sans doute qu'elle va le trouver le plus doux.
    @FM. Mince, c' que ça m' fait plaisir. Sinon, j' voulais faire un texte marrant et vous dites qu'il est émouvant. J'ai foiré. :)
    @Moons. Bonjour. Ravi d' vous rencontrer. C'est pas humain, effectivement.
    @Luc. Le portrait est pas mal du tout.
    @arf. Le bus d'AdS... m'étonnerait, j' suis certain qu'elle freinerait en voyant une chienne.

    RépondreSupprimer
  9. "... prendre toute sa longueur dans le fossé..."

    Des mots chairs pour une chienne de vie !

    C'est dans le vrai, c'est superbe !

    RépondreSupprimer
  10. Finalement, rien de plus cauchemardesque qu'un bord de route...
    Très beau poème.

    RépondreSupprimer
  11. @Isabelle C. Merci, Isabelle C. J' suis content que ça vous parle.
    @Sophie K. Et une comptabilité d'éditeur, tu crois que c'est pas cauchemardesque ?... :D

    RépondreSupprimer
  12. J'avais démarré mon blog en faisant la chronique d'un bord de route...
    Des saloperies, des canettes, tout passe par la fenêtre des bagnoles...
    Des fois y'a la bagnole avec...

    Et des cadavres...

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Francesco.

    J'ai lu ce texte dans la droite ligne (lignée ?) du précédent, où je vois une chienne de faïence sur des herbes en verre... Que d'éclats !

    Bien à toi.

    RépondreSupprimer
  14. Chienne défaillance...
    (oh zut, hein, comment tu veux que je résiste? Trop tentant! ;))

    RépondreSupprimer
  15. @ Francesco : ha là, c'est carrément l'enfer, je confirme, je viens d'éplucher celle d'Hachette.

    (@ Kiki, Tophe et Vinosse : bizou, tiens.)

    RépondreSupprimer
  16. @Vinosse. Comme quoi, les sujets...
    @Chr. Borhen. Bonjour Christophe, content de te voir dans les parages. :)
    @Kiki. J'aurais pas résisté non plus. :))
    @Sophie K. Ah ben, avec Hachette t'as pas fini d'enchier. J' te raconterais bien une histoire concernant la compta Hachette, mais c'est pas l'endroit.

    RépondreSupprimer
  17. @ Francesco : c'est la première année (à marquer d'une pierre blanche !) que je touche quelques (riquiquis) fifrelins sur l'un des soixante bouquins (au moins) que j'ai pondus chez eux en 11 ans...
    (Enfin, tu me raconteras, voui. On moins, on rigolera un peu.) :0)

    RépondreSupprimer
  18. Obtus comme un cartésien mal éclairé, j'ai hésité au début sur le fait de savoir s'il s'agissait d'une catin ou de l'épouse du chien - à cause de ces "mamelles" peut-être?
    C'est splendide, monsieur Pittau! Un poème aussi peu gras, aussi saillant et acéré que les flancs de cette pauvre chienne!

    RépondreSupprimer
  19. N’ayant pu, malgré mes démarches en ce sens, faire valoir mes droits en justice - j’ai en effet contacté des responsables, des institutions et personne n’a pour l’instant voulu m’apporter son soutien, pourtant nécessaire. Cela a eu toutefois le mérite de faire passer un petit peu mon témoignage - j’ai donc décidé de faire un scandale, le plus énorme possible et c’est pourquoi je fais circuler en masse, où je le peux, dès que je le peux, l’adresse de deux blogs que, pour l’instant, j’ai pu publier à la suite de ces démarches infructueuses, dans l’espoir qu’à force de tapage, cela suscite suffisamment d’interrogations de la part des gens pour que je puisse enfin voir les faits que je relate au moins examinés par la justice et être entendue. C’est tout ce que je demande.

    http://blog-etc-temoignage.blogspot.com/
    http://swaplitteraire-nina.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  20. @Pittau : tiens,votre premier spam. J'ai eu le même je l'ai supprimé.

    @Depluloin : ca alors je n'y ai pas pensé une minute. Parce que j'étais persuadée que Pittau était profondément antisexiste, et dans la forme, et dans le fond. je ne l'ai jamais pris en défaut à ce sujet dans les commentaires de blogs (pas comme certains). Mais si ce que vous dites est vrai, s'il l'a vraiment pensé ainsi alors là, je ne mets plus les pieds ici. "Chienne" est vraiment une insulte abjecte.

    RépondreSupprimer
  21. @Sophie K. J' te raconterai l'histoire du mec qu'a débarqué chez Hachette avec un camion pour embarquer les "abîmés"... :)
    @Depluloin. M'étonne que vous soyez obtus, Deplu, vous m' donnez pas cette impression-là. Vous avez dû regarder trop souvent le film de Renoir "la chienne" et vous emmêler les pinceaux. J' dois avouer que ce film m'a toujours foutu mal à l'aise à cause de sa "morale". Pourtant, Renoir... Sinon, merci pour ce que vous dites de mon texte.
    @nina. La prochaine fois, je supprime.
    @AdS. J' peux plus l' supprimer vu qu' vous en parlez...
    Pour moi, AdS, une chienne est une chienne, comme un chien est un chien.

    RépondreSupprimer
  22. carcasse affalée, du rouge partout, l'abandon mais la vie encore, le sang bien rouge; Francesco, j'en ai eu les mains moites, de vous lire. Un truc en plus qui évoque Martin Eden, me demandez pas pourquoi, c'est venu comme ça. Le rouge rongé, la rage exténuée, je sais pas.

    RépondreSupprimer
  23. Pourquoi vous l'avez pas aidé à traverser, cette pauvre bête. Mais suis-je bête, dans ce cas y aurait pas eu d'histoire à raconter ! Quoique ...
    Virginia Wouff

    RépondreSupprimer
  24. @jibé. Ah ben, Martin Eden, un bouquin magnifique. Je ne sais pas non plus mais ça m' fait plus que plaisir, même si je m' sens bien minable à côté de London.
    @Anonyme. Ouais, j' sais pas quoi vous dire sinon que j'ai jamais dit que j' faisais dans l' reportage ou l'aide aux chiens abandonnés.

    RépondreSupprimer
  25. Dommage ! Ce que j'avais pris pour de la compassion ne serait-il que de la cruauté ?
    (je m'éclipse vite avant de recevoir le pot !)
    V Wouff

    RépondreSupprimer
  26. @Anonyme. Vous avez du bol, j'ai pas d' pot sous la main.

    RépondreSupprimer
  27. Dites Pittau, nous sommes le 16 juillet, vous foutez quoi, là ?

    RépondreSupprimer
  28. @AdS. Je m' dore la pilule en travaillant... :)

    RépondreSupprimer